Le PRES euro-Méditerranéen

Contrairement aux autres pôles de recherches que nous avons vu précédemment, le PRES euro-Méditerrannéen est atypique, car il ne concerne pas seulement des universités françaises, mais aussi italiennes.

En effet, ce pôle de recherche a été instituté au départ en 2006 sous forme associative. Cela concernait les universités de Nice Sophia Antipolis, du Sud Toulon-Var, de Corte et l’université Pierre Marie Curie (Paris-VI). Depuis 2008, elles ont eté rejoins par les universités italiennes de Gênes et Turin.

Il faut savoir qu’en matière de chiffres, ces 6 universités et donc le PRES Euro-méditerranéen représentent environ 200 000 étudiants et 12 500 enseignants-chercheurs et chercheurs statutaires.

Au delà de ces universités, il faut également citer les différents partenaires comme les membres de PERSAN (Pôle Enseignement et Recherche de Sophia Antipolis Nice), les Grandes écoles et établissements d’enseignement supérieur et de recherche, le Centre scientifique de Monaco et l’Université internationale de Monaco, entre autres. Sans oublier aussi les collectivités territoriales, les différentes entreprises, les pôles de compétitivité et districts industriels, les associations, etc.

Objectifs

Tout d’abord, le principal objectif de ce PRES euro-Méditerranéen est de constituer une dynamique forte de coopération transfrontalière avec l’Italie au sein de l’euro-région (Ligurie et Piémont). Aujourd’hui, force est de constater que les enjeux transfrontaliers européens sont une source de dynamisme certaine. Avec les forts acquis et nombreuses collaborations grâce aux programmes INTERREG et aux doubles diplômes cela pourrait donc permettre de créer à travers les universités de Ligurie et Pièmont une grande région euro-méditerranéenne et d’intensifier les échanges culturels et la Côte d’Azur deviendrait alors le point d’articulation de l’euro région.

De plus, cela permettra de développer une dynamique euro-méditerranéenne de l’enseignement supérieur et de la recherche, et par la suite renforcer en même temps la tradition internationale et méditerranéenne de la Côte d’Azur vers  le Maghreb ou encore le Proche Orient.

Fonctionnement

Un comité de gouvernance constitué des six présidents d’université constituera l’instance de décision du PRES, qui s’appuiera sur un comité scientifique composé de deux représentants de chaque université. Les six universités ont convenu d’une présidence tournante tous les deux ans, confiée en alternance à une université française puis à une université italienne. Actuellement, c’est l’université de Nice qui en a la charge, et le président de l’Université de Nice Sophia Antipolis, Albert Marouani en est également le président.

Pluridisciplinarité

Les six partenaires ont également réaffirmé la thématique du PRES :« environnement, développement durable et société » (L’AEF n°85885), qu’ils ont décidé de décliner en six axes portés chacun par l’un d’entre eux : « mer et zone côtière » (UPMC), « énergies renouvelables » (Corte), «environnement, tourisme, santé et risques» (Gênes), « culture, arts et territoires » (Toulon), «agroalimentaire » (Turin) et «eau» (Nice).

De plus, les domaines de coopération entre les universités concernent tant les sciences que les mathématiques, la physique, le droit et l’économie ou encore les lettres, arts et sciences humaines.

Un million d’euros pour des appels à projets

Les six partenaires ont par ailleurs pris un engagement financier portant sur un total d’un million d’euros par an, destiné à financer des appels à projets de recherche en vue d’obtenir une labellisation PRES, ainsi que des bourses de mobilité. Les universités de Nice, Paris-VI, Turin et Gênes engageront chacune 150 000 euros. Les universités de Toulon et de Corte, de taille plus modeste, engageront une enveloppe correspondant à 10 % de leur BQR (bonus qualité recherche).

Pour être labellisé par le PRES, un projet devra impliquer au moins deux pays et trois universités, et porter sur l’un des six axes du PRES. Le premier appel à projets devrait être lancé en septembre 2009, lors d’une nouvelle réunion des partenaires. Les projets seront sélectionnés par le comité scientifique.

Groupes de travail

Pour mener à bien ces projets, six groupes de travail sont mis en place, pilotés chacun par une université : sur la structure juridique par Toulon, sur la recherche par l’UPMC, sur l’insertion professionnelle par Gênes, sur l’émergence de programme innovants communs et appels d’offres par Turin, sur le financement, la valorisation et les partenariats privés-publics par Nice, et sur l’offre de formation par Corte.

D’autres décisions ont été entérinées au cours du sommet : le choix de l’italien, du français et de l’anglais comme langue de travail; la mise en ligne d’un site internet dans ces trois langues, ainsi qu’en Corse, à la fin 2009 ; la réalisation d’une cartographie complète des relations bilatérales et multilatérales existants entre les partenaires en matière d’enseignement et de recherche. L’université de Gênes a aussi décidé de mettre à disposition du PRES
la villa Hanbury, située à la frontière entre Menton et Vintimille.

A venir…

Les six fondateurs du PRES ont confirmé le choix d’un « groupement européen de coopération territoriale » (GECT) comme forme juridique (L’AEF n°94127). « Cette structure juridique forte, européenne,permettra de renforcer notre coopération, la mutualisation d’actions, voire la création de bâtiments et d’entités communs, tout en préservant l’indépendance de chaque université », explique Albert Marouani.

En effet, le fait d’avoir le statut juridique innovant pourrait faciliter la coopération transfrontalière avec les pays de la rive sud de la Méditerranée (Maghreb, Moyen Orient), mais aussi de bénéficier de cofinancements européens.

Source: http://utopia.unice.fr/blogPresident/?p=40

Publicités

mars 30, 2010 at 6:04 Laisser un commentaire

Il caso del PRES: un’offerta di istruzione e di ricerca più coerente

I poli di ricerca e di insegnamento superiore (PRES) permettono alle università, grande scuole ed organismi di ricerca, di mettere in coerenza i diversi dispositivi, di socializzare le loro attività ed i loro mezzi.

Obiettivo: proporre un’offerta di ricerca e di istruzione più coerente, più leggibile e meglio adattata ai bisogni dei territori.

A marzo del 2010, ne contiamo 17.

Attualmente 17 poli di ricerca e di insegnamento superiore

Dalla loro creazione nel 2006 con il Patto sulla Ricerca, 17 poli di ricerca e di insegnamento superiore sono stati creati tra cui 2 nuovi nel 2010.

Raggruppano in totale :

  • 51 università
  • 51 istituzioni: scuole di ingeneri, IEP, scuole di commercio, istuti nazionali politecnici, grandi Istituti (Istituto di Fisica di Grenoble, Istituto di Fisica del Globo de Parigi…) e centri ospedalieri

I 17 poli di ricerca:

2007

  • Aix-Marsiglia università
  • Università di Lorraine
  • Parigi Est  Université
  • Parigi Tech « Istituto di scienze tecnologiche di Parigi  »
  • Università di Bordeaux
  • Università di Lione
  • Università di Tolosa
  • Università europea di Bretagna
  • UniverSud Parigi

2008

  • Clermont Università
  • Università Nantes Angers Maine

2009

  • Lille Nord de France
  • Limousin Poitou-Charentes
  • Università di Grenoble
  • Università di Montpellier Sud de France

2010

  • Università Parigi Cité
  • Centro-Val di Loire Università

Delle caracteristiche comune

In termini di competenza

I PRES sono concepiti come uno strumento di promozione degli istituti membri. è un mezzo di prendere posto nella la competizione scientifica internazionale. In questo senso, il campo di competenza degli istituzioni è stato considerato come un criterio essenziale della qualità del PRES : i membri fondatori dei PRES ritenuti hanno scelto l’opzione di una delegazione di competenze sui dei campi significativi, in particolare in termine di ricerca, di  istruzioni dottorali e d’internazionale.

  • Istruzione (dottorato, laurea specialistica) : la coordinazione degli studi può essere all’origine della consegna di un diploma sotto il sigillo del PRES, corrispondendo cosi ai degli istruzioni assicurati da una o diverse scuole o università membri.
  • Ricerca : tutte le pubblicazione scientifiche dei siti sono ormai presentatati sotto la firma unica del polo, ciò che migliora la visibilità a livello internazionale delle produzioni scientifiche dei membri del polo.

In termini di governanza

La scelta chiara del statuto di istruzione pubblica di cooperazione scientifica  (E.P.C.S.) ha costituto un altro criterio determinante per il ministero. L’EPCS è infatti lo strumento più adattato per articolare istruzione e ricerca: è particolarmente l’unico a permettere la delegazione al PRES della consegna dei diplomi.

La messa in comune dei mezzi

La delegazione delle competenze al PRES si è accompagnata di un trasferimento di mezzi, in particolare finanziali ed umani, degli istituzioni fondatori.

Una valutazione

Una stima dei PRES sarà condotta. Le prossime tappe riguardano più precisamente la devoluzione di nuove competenze ai PRES, sia in termine di insegnamento superiore (laurea specialistica, e dottorato principalmente) che in termine di politica di ricerca, la valorizzazione oppure l’immobiliare universitario e la vita studentesca.                                  Il rinforzamento dei legami tra PRES e poli di competitività sarà incoraggiato.

Mappa rappresentativa degli attuali poli di ricerca e di insegnamento superiore in Francia

Fonte:www.enseignementsup-recherche.gouv.fr


mars 18, 2010 at 2:16 Laisser un commentaire

Le cas du PRES: une offre de formation et de recherche plus cohérente

Les pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) permettent aux universités, grandes écoles et organismes de recherche, de mettre en cohérence leurs différents dispositifs, de mutualiser leurs activités et leurs moyens.
Objectif : proposer une offre de recherche et de formation plus cohérente, plus lisible et mieux adaptée aux besoins des territoires.

En mars 2010, on en compte 17.

Actuellement 17 pôles de recherche et d’enseignement supérieur

Depuis leur création en 2006 par le Pacte sur la Recherche, 17 pôles de recherche et d’enseignement supérieur ont été constitués dont 2 nouveaux en 2010.

Ils regroupent, au total :

  • 51 universités
  • 51 établissements : écoles d’ingénieurs, I.E.P., écoles de commerce, instituts nationaux polytechniques, grands établissements (ENSAM, Institut de Physique de Grenoble, Institut de Physique du Globe de Paris…) et centres hospitalier

Les 17 pôles de recherche:

2007

  • Aix-Marseille université
  • Université de Lorraine
  • Paris Est  Université
  • Paris Tech « Institut des sciences technologiques de Paris  »
  • Université de Bordeaux
  • Université de Lyon
  • Université de Toulouse
  • Université européenne de Bretagne
  • UniverSud Paris

2008

  • Clermont Université
  • Université Nantes Angers Maine

2009

  • Lille Nord de France
  • Limousin Poitou-Charentes
  • Université de Grenoble
  • Université de Montpellier Sud de France

2010

  • Université Paris Cité
  • Centre-Val de Loire Université

Des caractéristiques communes

En termes de compétence

Les PRES sont conçus comme un instrument de promotion des établissements membres. C’est un moyen de prendre place dans la compétition scientifique internationale. En ce sens, le champ de compétence des établissements a été considéré comme un critère essentiel de la qualité du PRES : les membres fondateurs des PRES retenus ont choisi l’option d’une délégation de compétences sur des champs significatifs, en particulier en matière de recherche, de  formations doctorales et d’international.

  • Formation (doctorat, master) : la coordination des études peut donner lieu à la délivrance d’un diplôme sous le sceau du PRES correspondant à des formations assurées par une ou plusieurs écoles ou universités membres.
  • Recherche : toutes les publications scientifiques des sites sont désormais présentées sous la signature unique du pôle, ce qui améliore la visibilité à l’international des productions scientifiques des membres du pôle.

En termes de gouvernance

Le choix clair du statut d’établissement public de coopération scientifique (E.P.C.S.) a constitué un autre critère déterminant pour le ministère. L’EPCS est en effet l’instrument le plus adapté pour articuler formation et recherche : il est notamment le seul à permettre la délégation au PRES de la délivrance des diplômes.

La mise en commun des moyen

La délégation de compétences au PRES s’est accompagnée d’un transfert de moyens, notamment financiers et humains, des établissements fondateurs.

Une évaluation

Une évaluation des PRES sera conduite. Les prochaines étapes concernent notamment la dévolution de nouvelles compétences aux PRES, aussi bien en matière d’enseignement supérieur (master et doctorat principalement) que de la politique de recherche, la valorisation ou l’immobilier universitaire et la vie étudiante. Le renforcement des liens entre PRES et les pôles de compétitivité sera encouragé.

Carte représentative des actuels pôles de recherche et d’enseignement supérieur


Source:www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

mars 15, 2010 at 10:50 Laisser un commentaire

Situazione degli studenti italiani a l’Università di Nizza.

Quest’anno l’Università di Nizza Sophia Antipolis ha accolto degli studenti provenienti da 131 paesi diversi.

Tuttavia, 13 nazionalità rappresentano il 65% degli studenti stranieri iscritti à l’Università di Nizza. Il gruppo più importante è quello dei Marocchini col 12,5% degli studenti di nazionalità straniera. Gli studenti originari dalla Tunisia e l’Algeria rappresentano il 14,4% degli iscritti stranieri. La Russia è in 4° posizione, con un forte aumento in 5 anni: da 68 iscritti nel 2004/2005 a 260 per quest’anno.

L’Italia sta al 7° posto in questa classifica dietro la Russia e la Cina, e gli studenti italiani rappresentano il 4,52% dell’effettivo totale degli studenti nizzardi. Quindi l’Italia è il paese europeo più rappresentato all’Università di Nizza Sophia Antipolis.

Le 13 nazionalità più rappresentate all’UNS nel 2009-2010:

Inoltre, per quanto riguarda la ripartizione degli studenti secondo gli indirizzi universitari nel 2008-2009, gli italiani studiano soprattutto alla facoltà di Lettere e Scienze Umane (il 39,3%) ma anche a quella di Giurisprudenza (il 28,2%) e di Scienze Matematiche Fisiche e Naturali (il 18%). Tuttavia, come possiamo vedere attraverso questa tabella, il numero degli studenti italiani che studiano alla facolta di Medicina è abbastanza debole (il 9,2%), e solo il 5,3% di loro seguono in Francia una formazione in un IUT (Istituto Universitario Tecnologico).

Ripartizione degli studenti europei secondo gli indirizzi universitari all’UNS nel 2008-2009:

Fonte: http://portail.unice.fr/jahia/Jahia/site/myjahiasite/op/edit/pid/3922

février 23, 2010 at 11:19 Laisser un commentaire

Situation des étudiants italiens à l’Université de Nice Sophia Antipolis

L’Université de Nice Sophia Antipolis a accueilli en cette année 2009-2010 des étudiants de 131 nationalités différentes.

Cependant, 13 nationalités représentent 65 % des étudiants étrangers inscrits à l’Université de Nice. Le groupe le plus important est celui des Marocains avec 12.5% des étudiants de nationalité étrangère. Les étudiants originaires de Tunisie et Algérie représentent 14.4% des inscrits étrangers. La Russie est en 5ème position, avec une forte progression en 5 ans : de 68 inscrits en 2004/2005 à 260 pour cette rentrée.

Enfin l’Italie se place à la 7ème position de ce classement derrière la Russie et la Chine, soit 208 étudiants de nationalité italienne. Ces derniers représentent ainsi 4,52% de l’effectif total des étudiants niçois, et l’Italie est donc le pays européen le plus représenté à l’Université Nice Sophia Antipolis.

Les 13 nationalités les plus représentées à l’UNS en 2009-2010:

De plus, en ce qui concerne la répartition des étudiants italiens selon les filières en 2008-2009 on les retrouve surtout à la faculté de Lettres et Sciences Humaines (pour 39,3% d’entre eux), mais aussi à la faculté de Droit (28,2%), ainsi que la faculté de Sciences (pour 18% d’entre eux). Cependant, comme il est montré à travers le tableau, l’effectif des étudiants en Faculté de Médecine est assez faible (9,2%) et seulement 5,3% d’entre eux suivent en France une formation en IUT.

Répartition des étudiants européens selon les filières à l’UNS en 2008-2009:

Source: http://portail.unice.fr/jahia/Jahia/site/myjahiasite/op/edit/pid/3922

février 15, 2010 at 9:42 Laisser un commentaire

Doppi Diplomi italo-francesi e Cooperazione Universitaria

La Francia e l’Italia sono l’una per l’altra partner di altissimo livello negli scambi universitari.

I primissimi accordi di collaborazione tra università italiane e francesi risalgono agli anni 1970 ; in fatto di mobilità di insegnanti, l’Italia è la principale destinazione dei migliori universitari francesi.

Infatti, sono più di 4000 gli studenti italiani e francesi che ogni anno aderiscono al programma Erasmus ; sono quasi 5000 gli studenti italiani iscritti nelle università francesi. Si stimano a 400 gli studenti che cambiano sede universitaria, città, paese, nell’ambito di lauree italo-francesi.

Inoltre, sono più di 130 i percorsi di studio che rilasciano titoli doppi o congiunti (cliccare per vedere:  http://www.ambafrance-it.org/IMG/pdf/Doubles-diplomes.pdf) e allo stesso tempo sono più di 2500 gli accordi tra università e facoltà italiane e francesi.

Nell’ambito della ricerca, l’Italia è il quarto partner della Francia per le pubblicazioni congiunte.

Queste cifre eloquenti indicano la vitalità della cooperazione universitaria italo-francese, e ne descrivono sommariamente le articolazioni :

  • nell’ambito della formazione, programmi europei e programmi bilaterali ;
  • nell’ambito della ricerca, dottorati in cotutela e laboratori congiunti.

Tutte queste modalità di scambio mirano a potenzializzare la mobilità di studenti, a tutti i livelli, e di insegnanti, in tutte le discipline. Diversi operatori, tra i quali primeggia l’Università Italo-Francese come l’abbiamo visto precedentemente, ma anche il caso del futuro PRES (poli di ricerca e di insegnamento superiore) che analizzeremo prossimamente.

janvier 24, 2010 at 11:22 Laisser un commentaire

Doubles Diplômes franco-italiens et Coopération Universitaire.

Les échanges universitaires entre La France et l’Italie sont aujourd’hui très importants et nombreux et existent depuis longtemps.

En effet, les tout premiers accords de collaboration entre les universités italiennes et françaises remontent aux années 1970. En matière de mobilité des enseignants, l’Italie est la principale destination des meilleurs universitaires français.

Chaque année, plus de 4000 étudiants des deux pays participent au programme Erasmus et plus de 5000 étudiants italiens sont inscrits actuellement dans les universités françaises.

Qui plus est, on estime environ à 400 les étudiants qui changent d’universités, de villes, voire de pays en raison de doubles diplômes franco-italiens (licences, masters).

Il existe en effet plus de 130 parcours qui débouchent sur un double diplôme (cliquer pour les consulter  http://www.ambafrance-it.org/IMG/pdf/Doubles-diplomes.pdf) et  on compte plus de 2500 accords entre les universités et les facultés françaises et italiennes.

De plus, en matière de recherche l’Italie est le quatrième partenaire de la France pour les publications conjointes.

Ces chiffres éloquents mettent en exergue la vitalité de la coopération universitaire franco-italienne.

Voici sommairement comment elle se présente :

  • Dans le domaine de la formation, de nombreux programmes européens et bilatéraux existent.
  • Dans le domaine de la recherche, sont présents des doctorats en cotutelle et des travaux conjoints.

Toutes ces modalités d’échanges visent à potentialiser la mobilité des étudiants, de tous niveaux, mais aussi des enseignants de toutes disciplines.

Différentes organisations  y contribuent, parmi lesquels l’Université Franco-italienne (UFI) qui excelle dans ce domaine et dont nous avons traité le cas précédemment, mais comme aussi nous le verrons prochainement aussi le cas du PRES (pôles de recherches et d’enseignement supérieurs).

janvier 23, 2010 at 12:23 Laisser un commentaire

Articles précédents


octobre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives